13/12/2008

A PROPOS DES ORIGINES HISTORIQUES DE LA COMPAGNIE DES "VOLONTAIRES REUNIS" 5ème PARTIE

Les compagnies de volontaires levées à Mons en 1787 (suite) et ce qu'il en advint.

Le 14 juin 1787, les Volontaires de Mons effectuèrent une "excursion" à Bruxelles, pour apporter leur soutien aux Brabançons. Une estampe, reproduite ci-dessous, a été gravée en souvenir de cet évènement. "Elle représente les compagnies de Volontaires arrivant sur la Grand-Place de la capitale, ayant à leur tête leur musique habillée à la turque composée de 42 musiciens, et leur fameux tambour major, le comte de Tallard, levant son turban au bout de sa canne. Ils sont précédés des Volontaires Bruxellois." (*)

GrandPlace

MONUMENT CONSACRE A LA GLOIRE DU HAINAUT

Le 15 juin, Mrs les Citoyens de Mons, plein d'ardeur et de courage, animés de zèle pour la Patrie, sont venus en corps à Bruxelles, remercier les Etats de Brabant de la fermeté avec laquelle ils ont soutenu les privilèges de la Nation, et se sont unis ensemble inviolablement pour conserver leurs Liberté.

1787

(NDLR : la date du 15 juin est indiquée par erreur, c'est bien le 14 que les Volontaires de Mons ont défilé sur la Grand-Place de Bruxelles)

On sait aussi qu'un réglement, en date du 23 juin 1787, émané de leur comité, prescrivait les devoirs des compagnies bourgeoises et de celles des volontaires. Le cadre des premières se trouvait alors au complet, ainsi que celui des 14 compagnies de volontaires.(*)

A Mons, les volontaires profitant des bonnes dispositions des Etats à leur égard, ne tardèrent pas à se rendre maîtres du gouvernement militaire de la ville.(*) Les Annales du Cercle Archéologique de Mons nous apprennent également, que les faits qui sont propres à ces compagnies sont relatés dans un livre de l'historien montois Félix Hachez : "Souvenirs de la révolution des patriotes à Mons (1787-1790)". Malheureusement, je n'ai pas encore pu consulter cet ouvrage.

En 1789, l'insurrection éclate à Mons, le 21 novembre, la Ville se déclare Patriote alors que la garnison autrichienne est partie porter secours à celle de Namur.

extrait001

Reproduction d’un extrait de : Histoire des Belges à la fin du XVIII ème siècle, par Ad. Borgnet, Tome I, 1861, Bruxelles, A. Lacroix, Verboeckhoven et Cie, page 118

extrait002

Reproduction d’un extrait de : "Révolution Brabançonne - Essais Historique suivi de La Joyeuse Entrée de Joseph II annotée par M. Legrand, Bruxelles, Wouters, Raspoet et C°, 1843, page 115.

Les compagnies de Volontaires de Mons reçoivent une nouvelle organisation le 25 novembre 1789 ; elles sont dissoutes au mois de janvier 1790 (le 2 ou le 13 selon les sources) (*). On peut penser que c'est probablement à ce moment là que disparut la compagnie des "Volontaires Réunis". On sait que le 1er janvier 1790, les volontaires montois faisaient encore des patrouilles à Pommeroeul et aux environs. (**) 

 

Pourquoi furent-elles licenciées ? : "L'appât de la solde (10 patars par jour) avait provoqué la désertion complète des ateliers, même ceux dont les produits étaient le plus nécessaires à des troupes en campagne : tanneries, corroyeries, cordonneries, armureries etc." (**) Les volontaires qui voulaient rester sous les armes furent invités à s'engager dans les troupes régulières (Régiment n° 9, Hainaut Infanterie).

Mais, dès le 23 janvier 1790, on institua à Mons, 4 nouvelles compagnies de Volontaires sans gages, auxquelles viendra s'ajouter une cinquième au mois de juillet (j'en ai déjà parlé dans un article précédent, consacré au drapeau des volontaires du Hainaut en 1790). On retrouvera à la tête de ces compagnies quelques-uns des officiers des anciennes compagnies de volontaires. Un escadron de 30 volontaires à cheval eut aussi une existence éphémère, du 28 mars au 12 mai 1790. (**) Mais nous sommes déjà dans une autre histoire et, à ce moment là, la compagnie qui nous sert de modèle n'existait plus.

 

(*) ANNALES DU CERCLE ARCHEOLOGIQUE DE MONS, tome III, Imprimerie De Masquillier et Dequesne, Mons, 1862 : Notice sur la Milice Communale et les Compagnies Militaires de Mons, Léopold Devillers, pages 169 à 285. (version numérisée)

(**) "LE DRAPEAU des Volontaires du Hainaut en 1790", par Edouard Poncelet, Conservateur des Archives de l'Etat, à Mons, Imprimerie Dequesne-Masquillier & Fils, 1908. 

STR170808n

HAM-SUR-HEURE - SAINT-ROCH - DIMANCHE 17/08/2008

10:57 Écrit par Le Petit Volontaire dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.